Module 3 : Résumé

Description de la responsabilité de l’auditeur quant à la prise en considération des fraudes et des erreurs, et des conséquences des actes illégaux, en vue de la réalisation de l’objectif de l’audit des états financiers

Explication des divers types d’assertions de la direction et de leur relation avec les objectifs d’audit spécifiques

Les objectifs d’audit spécifiques consistent à réunir et évaluer des éléments probants suffisants et appropriés à l’égard de chaque assertion.

Explication de la façon dont l’auditeur détermine la nature et la quantité des éléments probants requis

Description et application des procédures d’audit couramment utilisées pour réunir des éléments probants, et description des forces et des faiblesses de chaque procédure

Les procédures d’audit (que l’on appelle aussi techniques ou méthodes) englobent le calcul, l’observation, la confirmation, la demande d’informations, l’inspection (y compris le suivi, l’examen sommaire et l’examen des pièces justificatives) et l’analyse.

Explication de l’objet et des principaux éléments du dossier de travail, et description de la forme et du contenu de la documentation exigée dans une mission professionnelle

Le dossier de travail rassemble la documentation relative au travail effectué durant la mission d’audit et aux conclusions que l’auditeur a tirées.

Le dossier de travail permet d’attester du fait que le travail a été effectué selon les normes d’audit généralement reconnues.

Un bon dossier de travail devrait normalement contenir les éléments suivants :

Il est question de la forme et du contenu de la documentation figurant dans les dossiers d’audit aux pages 298 à 303 du manuel de référence, dans le chapitre 5145 du Manuel de l’ICCA (NCA 230), et dans la Recommandation en matière de vérification no 5 de CGA-Canada (lecture 3-3).

Les facteurs qui suivent ont une incidence sur la forme et le contenu du dossier de travail :

Énumération des principales activités préalables à la mission et des facteurs à prendre en considération dans l’acceptation d’une nouvelle mission d’audit

Les principales activités préalables à l’acceptation de la mission sont les suivantes :

  1. évaluer l’indépendance du cabinet par rapport à l’entité cliente;

  2. obtenir des informations sur l’entité, notamment les états financiers et les rapports annuels antérieurs;

  3. communiquer avec le prédécesseur;

  4. communiquer avec les banquiers de l’entité cliente, ses avocats et ainsi de suite;

  5. analyser toute exigence spéciale ou tout risque particulier lié à la mission;

  6. déterminer si le cabinet possède les ressources nécessaires pour s’acquitter de la mission.

Les facteurs à prendre en considération dans la décision relative à l’acceptation d’une nouvelle mission sont les suivants :

Description de l’objet et des principales caractéristiques de la lettre de mission

La lettre de mission définit les conditions de l’accord conclu entre l’auditeur et le client quant à la mission d’audit. Elle porte normalement sur les éléments suivants :

La NCA 210 (chapitre 5110 du Manuel de l’ICCA — Certification), « Accord sur les termes et conditions de la mission », fournit aux auditeurs des indications en ce qui a trait à l’établissement d’une entente et à la rédaction d’un accord avec l’entité quant aux conditions d’une mission d’audit d’états financiers.